Bulletin XXXV


COMPTE-RENDU DE LA RÉUNION DU CONSEIL EXÉCUTIF

de l’Association Internationale de Littérature Comparée / of the International Comparative
Literature Association (ci-après dénommée l’Association)

Les membres du Conseil Exécutif de l’Association sont désignés comme Assesseurs.


    Université Catholique du Portugal, Lisbonne, 29-30 juin 2015.

    Présents : Hans-Joachim Backe, Hans Bertens, Lucia Boldrini, Bernard Dieterle, Manfred Engel, Dorothy Figueira, John Burt Foster, Massimo Fusillo, Isabel Capeloa Gil, HASHIMOTO Yorimitsu, Peter Hajdu, Theo D’haen (matinée de la séance du 30 juin), Ute Heidmann, Achim Hölter, KAMIGAITO Ken’ichi, Kathleen Komar, Marc Maufort, Suzanne Nalbantian, ŌSHIMA Hitoshi, PARK Sowon, Anders Pettersson, Márcio Seligmann-Silva, Micaela Symington, William Spurlin, Anne Tomiche, YANG Huilin, ZHANG Longxi (séance du 29 juin) et ZHOU Xiaoyi.

    Excusés : Christine Baron, Sandra Bermann, Lisa Block de Behar, CHO Sung-won, Wiebke Denecke, César Domínguez, Kitty Millet, Chandra Mohan, Jean-Marc Moura, E.V. Ramakrishnan, Haun Saussy, Monica Schmitz-Emans, Steven Sondrup, Monica Spiridon.


    Première séance : 29 juin, 09h30

    Le Président de l’Association, Hans Bertens, ouvre la séance à 09h30. Il remercie notre hôtesse, Isabel Capeloa Gil, et l’Université Catholique du Portugal, d’avoir invité le Conseil Exécutif de l’Association à se réunir à Lisbonne, d’avoir veillé à l’organisation de l’hébergement, des lieux de réunion et des repas pendant les deux journées de réunions du Conseil. Il la remercie également pour l’organisation des deux journées de colloque qui suivront les réunions du Conseil Exécutif, autour du thème « Fear in/ of Literature » (La peur de/ dans la littérature »). Plusieurs membres de l’équipe de direction, Assesseurs et Présidents de comités de recherche présenteront une communication à l’occasion de ce colloque. Isabel Capeloa Gil souhaite ensuite la bienvenue, à Lisbonne et à l’Université catholique du Portugal, aux membres du Conseil Exécutif, et fait plusieurs annonces concernant l’organisation, y compris pour le courrier électronique. Elle rappelle que le dîner du soir se tiendra dans un lieu historique, le Club Littéraire Grémio, avec une réception de bienvenue organisée par le Recteur de l’Université, et qu’une excursion-visite du Palais présidentiel est prévue pour le lendemain après-midi.
    Les comptes-rendus de la réunion de deux jours du Conseil qui s’était tenue à l’Université Renmin à Pékin en septembre 2014 sont approuvés à l’unanimité. L’ordre du jour de la réunion de cette année est également approuvé, après plusieurs modifications dans l’ordre de traitement des différents points, liées aux contraintes de voyage et aux autres engagements des collègues concernés.
    Le Président Hans Bertens présente ensuite son rapport. Après avoir rappelé au Conseil ses efforts continus en vue de la constitution d’un groupe de recherche sur les littératures du monde islamique, il remercie pour leurs efforts tout au long de l’année écoulée plusieurs membres de la direction, membres du Conseil et présidents de comités. Il a réussi à associer l’Association, en tant qu’Institution co-opérante, au projet de l’UNESCO sur la Mémoire du Monde. Il a également représenté l’Association au Congrès biennal de l’Association Indienne de Littérature Comparée à Jaipur, et pris des contacts avec des représentants d’une organisation de congrès à Halifax en Nouvelle Écosse, en vue d’un éventuel accueil du Congrès de l’Association en 2019. En réponse à Achim Hölter, le Président Bertens explique que notre co-opération avec l’UNESCO n’implique pas de dépenses. Concernant la proposition de Halifax, John Foster informe l’assemblée qu’aucun contact direct n’a encore été établi avec l’Université Dalhousie, qui est l’institution universitaire locale à Halifax. Il avait été décidé que, dans le cadre de négociations pour déterminer un lieu d’accueil du Congrès, l’engagement et le soutien d’une instance de ce type était un pré-requis et non pas une simple option ou promesse. Le rapport du Président est approuvé sans aucune opposition, le Président lui-même s’abstenant.
    John Foster présente ensuite son rapport d’activités en tant que secrétaire senior de l’Association. Il a non seulement préparé le compte rendu de la réunion de travail 2014, travaillé avec le Président pour préparer l’ordre du jour de la réunion de travail 2015, mais il a également réuni et distribué tous les rapports pour la réunion 2015. Il a pris part aux discussions concernant les principales difficultés logistiques et secrétariales liées à la constitution de listes fiables de membres des sociétés nationales affiliées à l’Association et à l’enregistrement régulier des principaux changements qui ont lieu d’une année sur l’autre, par exemple dans l’Association américaine. L’Assemblée ne parvient pas à trouver de solution satisfaisante à ces problèmes. Le rapport du secrétaire est approuvé à l’unanimité moins une abstention, celle de John Foster.
    En tant que secrétaire en français, Micéala Symington présente ensuite son rapport. Son emploi du temps ne lui ayant pas permis d’assister à la réunion du Conseil exécutif de Pékin, elle a rédigé le compte rendu officiel à partir du texte établi en anglais par John Foster, avec l’aide du précédent secrétaire en français, l’actuel vice-président Marc Maufort. Son rapport est accepté par le Conseil Exécutif.
    Les trois trésoriers présentent leurs rapports sur l’état actuel des comptes de l’Association. Hans-Joachim Backe souligne la bonne santé financière de la trésorerie européenne comme de la trésorerie africaine, ainsi que celle du compte lié au Prix Balakian dont il est également responsable. Il se dit préoccupé du fait que les contributions des membres africains sont presque pour moitié absorbées par des frais bancaires. Le trésorier pour l’Asie, KAMAGAITO Ken’ichi rend compte des effets que la baisse des taux de change du yen japonais a eu sur ses comptes. Cependant, l’augmentation du nombre de membres chinois et indiens a en partie contrebalancé cette situation. Kathleen Komar, trésorière pour les Amériques, indique que la société argentine a payé sa contribution, de même que les sociétés américaines et canadiennes, mais que ni le Pérou ni le Brésil n’ont répondu à ses relances, quoique plusieurs collègues brésiliens aient souscrit individuellement. John Foster souligne que les rapports des trois trésoriers indiquent que l’Association dispose environ de 230.000$ de ressources propres. En réponse à une question du Président Bertens sur les difficultés à mettre en place les paiements pour les adhésions individuelles du fait de la façon dont les frais bancaires sont prélevés, il est suggéré que PayPal puisse être une solution. Les trois rapports des trésoriers sont acceptés à l’unanimité.
    Dorothy Figueira, qui édite Recherche littéraire / Literary Research présente ensuite son rapport. Parce que l’université de Géorgie a mis fin à son soutien financier, décision qui avait été annoncée en novembre dernier, et parce qu’elle-même a exercé la responsabilité d’éditrice pendant quatre années, il lui faut laisser cette responsabilité. À cette date aucun successeur n’a été désigné et elle se dit préoccupée par l’avenir du journal, qui constitue un service essentiel en fournissant à tous les membres des organisations nationales affiliées une relation directe avec l’Association. Par sa description du renouvellement du journal et de son développement au cours des quatre dernières années, Dorothy Figueira attire l’attention sur les défis et les coûts de la distribution d’une telle publication à des membres si géographiquement dispersés. Son rapport est accepté à l’unanimité et salué par une ovation debout.
    La discussion s’engage alors sur l’avenir du journal, et plus précisément sur la difficulté qu’il y a à tenir une liste fiable de membres de l’Association avec leurs adresses électroniques. Une partie du problème peut être attribuée au fait que nous dépendons des listes maintenues par les secrétaires de nos organisations affiliées et une autre partie du problème tient à la nécessité de remplacer l’équipe d’étudiants-assistants de Steven Sondrup. Hans-Joachim Backe souligne la nécessité de mettre au point une procédure rationnelle pour obtenir des mises à jour annuelles des diverses listes nationales. Peut-être un nouveau poste devrait-il être créé pour un membre de l’équipe dirigeante, qui serait chargé de la mise à jour du site internet et de la responsabilité de créer et de mettre régulièrement à jour la liste centrale de l’Association. La discussion porte alors sur les questions de secrétariat, liées à cette tâche. Après que William Spurlin a réitéré le besoin d’un nouveau membre dans l’équipe de direction, Hans Bertens répond que l’Association ne peut pas se permettre de payer un secrétariat du type, par exemple, de celui de l’Association Américaine de Littérature Comparée. Même avec 4000 membres qui cotisent, notre cotisation de 10$ seulement ne nous garantit qu’un revenu annuel de 40.000$. Il nous faut être prudents avec nos dépenses.
    Hans Bertens enchaîne et estime que le coût annuel du journal s’élève à 15.000$, répartis entre 11.000$ pour la production et 4.000$ pour la distribution. L’Université de Géorgie allouait environ 6.000$ de cette somme et l’Association environ 5.000$ pour permettre de dégager l’éditrice d’un enseignement et 4.000$ pour le timbrage. Étant donné ces dépenses, combien pouvons-nous envisager de payer quelqu’un pour tenir à jour les listes de membres ? Micéala Symington pose la question de l’utilité de cette fonction, puisque le travail est actuellement effectué gratuitement. Achim Hölter se demande si le travail pourrait être externalisé. Dans ce cas, y a-t-il un tarif moyen pour ce type de travail ? Anders Pettersson souligne que nous n’avons pas besoin de prendre de décision ici, mais que nous pouvons demander au président de présenter une proposition concrète qui sera discutée à Vienne.
    Hans Bertens suggère que l’Association alloue la somme annuelle de 6.000$ à l’éditeur de Recherche littéraire / Literary Research. John Foster rappelle à l’Assemblée qu’à l’époque où il éditait le journal, l’Association avait un fonds annuel pour la publication de 9.000$. Anders Pettersson suggère que les membres qui désirent avoir des copies papier du journal (au lieu d’en recevoir une version numérique par courriel) paient un supplément.
    Après la pause café, Hans Bertens propose d’allouer 5.000$ par an au futur nouveau directeur de RL/LR pour les quatre années à venir. Les membres de l’équipe de direction et les Assesseurs votent tous, à l’unanimité, en faveur de cette proposition.
    Hans Bertens propose ensuite que le journal devienne entièrement numérique, et que seules quelques copies papier soient réservées aux bibliothèques. Massimo Fusillo suggère que cette évolution soit présentée à l’Assemblée Générale à Vienne. Concernant un sujet voisin, lié à la publication numérique, Isabel Capeloa Gil pose la question de la possibilité d’établir une revue expertisée par les pairs, en accès libre, et consacrée à la recherche comparatiste. Marc Maufort répond que l’Association s’est traditionnellement contentée d’apporter son soutien à des revues de recherche comparatiste déjà publiées. En tenant compte de cette mission, Zhang Longxi pose la question de l’exposition de livres au Congrès de Vienne.
    La discussion se conclut avec une motion, demandant que les membres de l’équipe de direction de l’Association se concertent durant l’année à venir pour trouver des solutions aux problèmes qui ont été identifiés et qui ont fait l’objet de la discussion pendant cette partie de la réunion. La motion est acceptée par un vote unanime.
    L’attention se concentre ensuite sur le rapport de Steven Sondrup, qui concerne le Bulletin et le site internet de l’Association, hébergé à Brigham Young University. Outre les discussions portant sur les questions de routine, les listes de membres, la mise à jour opportune du site internet et les projets de vote électronique pour les membres de l’équipe de direction et les Assesseurs, une suggestion est faite pour que, afin de donner une meilleure visibilité aux comités de recherche, le site internet inclue les liens vers les sites indépendants de plusieurs de ces comités. Les comités de recherche qui n’ont pas de site internet pourraient envisager d’en développer. Le rapport de Steven Sondrup est accepté à l’unanimité.
    Au cours de l’année écoulée, le président a communiqué par courrier électronique avec les membres de l’équipe de direction, les Assesseurs et les présidents de comités à propos de la demande émise par plusieurs revues dans notre domaine d’être présentes sous forme de lien sur le site de l’Association. L’Association souhaite-t-elle s’impliquer formellement dans ces revues ou devons-nous nous contenter d’en donner la liste ? Ute Heidmann souligne qu’il faudrait clarifier le fait que l’Association n’a aucune responsabilité dans le contenu de ces revues. On décide que le Président demandera aux Assesseurs leurs recommandations quant aux revues à afficher sur le site internet, dans le but de fournir les liens vers ces revues tout en incluant une mention nous dégageant de toute responsabilité dans leur contenu.
    Dans son rapport sur l’avancée de l’organisation du Congrès de Vienne, Achim Hölter indique que son équipe a déjà reçu 132 propositions de groupes. Dans certaines conditions, il pourrait encore être possible pour les collègues qui participeront aux réunions du Conseil Exécutif de recommander ou de soumettre des propositions après la date limite fixée à la fin de l’été. Ce rapport est approuvé avec un vote unanime. La séance est levée pour le déjeuner.


    Deuxième séance : 29 juin, 13h30

    La séance de l’après-midi commence avec le rapport du Comité de Tri du Congrès. Norbert Bachleitner a composé un comité de 6 membres, qui évalueront les propositions soumises pour le Congrès, et commenceront dans le courant de l’été ; il a sollicité les collègues du Comité Exécutif. Son rapport est approuvé par un vote unanime.
    La discussion s’engage ensuite pour savoir si l’Association devrait tenir ses Congrès plus souvent que tous les trois ans, intervalle spécifié dans les statuts. En dépit du poids que pourrait faire peser sur les budgets institutionnels de déplacements une augmentation de la fréquence des réunions internationales et intercontinentales, une telle possibilité pourrait être préservée en introduisant la modification suivante dans la formulation des statuts : « généralement tous les trois ans ». Une motion sur cette question est votée, avec deux abstentions.
    Dans son rapport sur le Prix Balakian, Monika Schmitz-Emans soulève la question de savoir si une thèse compte comme premier livre dans la perspective du Prix. Suzanne Nalbantian objecte à cette interprétation des critères du prix, et Zhang Longxi la soutient. L’assemblée rejette unanimement la proposition d’amendement dans la formulation décrivant les critères d’éligibilité au prix : « premier livre » reste le critère, et n’est pas remplacé par « soit thèse soit premier livre ». Le rapport sur le Prix Balakian est accepté à l’unanimité.
    Le point suivant à l’ordre du jour concerne les progrès de Haun Saussy dans l’organisation de la nouvelle initiative de l’Association sur la littérature d’Asie de l’Est, avec le titre provisoire « Une histoire comparée des littératures d’Asie de l’Est ». Après avoir présenté dans ses grandes lignes la nature du projet, Saussy fait état, dans un message adressé à l’assemblée, du comité de travail de huit chercheurs internationaux qu’il a réuni et sollicite des avis pour élargir le groupe. Anders Pettersson suggère d’ajouter au titre le syntagme « relations littéraires inter-asiatiques ». PARK So-won pose la question de l’inclusion de chercheurs indiens dans le projet, et Zhang Longxi suggère que des experts de Chine, Corée et du Japon soient également inclus dans le groupe et s’ajoutent aux chercheurs des universités occidentales. Les membres de l’équipe dirigeante et les Assesseurs votent à l’unanimité d’accepter le rapport et notent avec satisfaction le désir de Saussy d’élargir la liste d’experts.
    La réunion se concentre ensuite sur le rapport du comité des structures. Jean-Marc Moura indique dans un message que la désignation de l’Association comme « Association étrangère », créée en 1956 et sise à Paris, n’a pas de validité légale. Il serait toutefois très simple d’enregistrer l’Association à la Préfecture de Paris au titre d’ « Association loi de 1901 », ce qui est le statut le plus fréquent des associations en France. L’assemblée accepte la proposition par un vote unanime. Le rapport de Moura inclut un tableau indiquant la nature et le statut des quatre comités administratifs de l’Association et de ses huit comités sur des questions spécifiques (comités décrits comme ayant une durée limitée). Le document conduit à une discussion de plusieurs points concernant la durée et les pouvoirs de ces comités. Anders Pettersson propose d’ajouter aux Statuts un amendement soigneusement formulé pour préciser ces différents points. Kathleen Komar objecte à la classification du Comité de Coordination comme seul comité permanent. La discussion fait apparaître que le Comité des études de genre et le Comité de traduction étaient voués à avoir une existence plus longue que celle, habituelle, d’un ou deux cycles triennaux avec possibilité d’extension d’un cycle.
    À propos des pouvoirs des comités, Isabel Capeloa Gil suggère que les Présidents des Comités de recherche aient le droit de voter durant les réunions du Conseil Exécutif sans avoir à être élus par un corps électoral extérieur. Kathleen Komar amende cette proposition pour suggérer que les Comités de recherche devraient informer l’Assemblée Générale des noms de leurs Présidents au moment des élections triennales, de sorte qu’ils puissent être « ratifiés » en tant que membres ayant un droit de vote lors des réunions du Comité Exécutif de l’Association. Hans-Joachim Backe fait remarquer que les noms de deux Comités administratifs – à savoir le Comité des structures et le Comité de la recherche – ne reflètent pas leurs fonctions actuelles de façon idéalement transparente.
    Le président Hans Bertens intervient dans la discussion pour suggérer une triple division de la structuration des comités, selon le schéma suivant : (1) les quatre comités administratifs ; (2) trois comités de recherche permanents (comité de coordination, études de genre, et traduction) ; (3) les comités de recherche ad hoc, dont le mandat serait évalué après deux cycles (6 ans). Dans la discussion qui suit, on fait remarquer que le Comité des études de genre a déjà reçu le statut de comité de recherche permanent lors de la réunion à Pékin en 2014. Sur la question du vote, le Président Bertens accepte, en considérant qu’il s’agit d’un compromis approprié, la ratification par l’Assemblée Générale des Présidents des Comités de recherche en tant que membres votants lors des réunions du Conseil Exécutif. Il prendra contact avec les présidents de comité à propos de cette innovation. Il demandera également aux Comités des structures et de recherche de proposer de nouveaux noms, mieux appropriés.
    Le sujet de discussion suivant concerne les publications sponsorisées par l’Association. Anne Tomiche fait état de l’avancement du travail de sélection des communications issues du Congrès de Paris 2013, en vue de la publication des Actes du Congrès. Sur plus de 450 propositions reçues, près de 200 ont été retenues et seront publiées sous forme d’une série de 5 ou 6 volumes, à paraître aux éditions Classiques Garnier. Anne Tomiche dispose déjà d’une subvention de 12.000 euros mais sollicite 5.000 euros supplémentaires de l’Association dans le but de réduire le prix d’achat des volumes. Les volumes pourraient être prêts pour être présentés lors du Congrès de Vienne, et Achim Hölter se saisit de l’opportunité pour encourager ses collègues de l’assemblée à envoyer leurs livres pour l’exposition qu’il prépare. La discussion sur le rapport d’Anne Tomiche conduit à une motion lui demandant de poursuivre les négociations avec Garnier, d’informer le Président du résultat de ces négociations, afin qu’il en informe le Conseil Exécutif et obtienne son aval pour d’éventuelles dépenses. Après avoir décidé de cette façon de procéder, l’assemblée approuve le rapport d’Anne Tomiche par un vote unanime.
    Le rapport de Jean Bessière sur l’avancée de la préparation de Contextualizing World Literature, en vue de la publication (prévue pour l’automne 2015 chez Peter Lang) reçoit un vote d’approbation unanime. Ce volume, qui réunit des articles issus d’un séminaire du Congrès de Paris, a reçu une subvention de l’Association.
    Dans un message de César Domínguez, le Comité de recherche fait état de son approbation d’un nouveau Comité de recherche ad hoc sur « la bande dessinée et le roman graphique », qui sera conduit par Kai Mikkonen de Finlande. La suite à donner à la demande du Comité d’avoir un site internet indépendant ou, mieux, une page autonome sur le site de l’Association, pour avoir une plus grande visibilité et mieux diffuser ses activités, est laissée au Président Bertens qui prendra contact avec César Domínguez. Lucia Boldrini, qui a l’expérience d’avoir mis en place un site internet pour le Réseau Européen d’Études Littéraires Comparatistes, sera consultée. Kathleen Komar souligne qu’il convient de demander à César Domínguez d’adresser au Conseil Exécutif l’intégralité du texte de la proposition de Mikkonen, pour approbation par le Conseil, comme le stipulent les statuts. Elle ajoute qu’à l’avenir les éventuels candidats doivent être informés de ce que seul le Conseil Exécutif donne une approbation définitive et officielle sur ce type de propositions. En d’autres termes, le Comité de recherche fait une recommandation et le Conseil prend la décision finale quant à ces propositions. La discussion est suivie de deux votes, l’un qui conduit à l’approbation unanime du rapport du Comité et l’autre qui approuve unanimement la mise en place du nouveau Comité de recherche Ad Hoc. John Foster apporte son soutien à cette décision en soulignant que le nouveau comité réunit un groupe intéressant de jeunes chercheurs qui ont régulièrement organisé des ateliers depuis le Congrès de Hong Kong.
    Dans son rapport sur le travail annuel du Comité de recherche sur les études de genre comparatistes, William Spurlin rappelle à l’assemblée le statut du Comité en tant que Comité de recherche « permanent ». Il donne ensuite le détail de la grande diversité d’activités, d’initiatives et de publications, marquées par une réunion en Afrique du Sud, qui ont reçu un soutien financier de l’Association. Le rapport de Spurlin est approuvé par un vote unanime.
    PARK Sowon présente le rapport d’activité du Comité de recherche sur la Théorie Littéraire, qui inclut une conférence en Hongrie et la publication des actes d’une précédente conférence au Japon. Le rapport est approuvé à l’unanimité. Pour ce qui concerne la demande du Comité à propos de la présence d’un site internet, la discussion conduit à accorder à la requête de PARK Sowon une subvention de 100 euros. Hans-Joachim Backe et Lucia Boldrini demandent pourquoi le Comité n’a pas simplement utilisé WordPress ou tout autre outil de site internet gratuit. La discussion qui se poursuit conduit néanmoins à une motion pour allouer la somme de 100 euros annuels à tous les comités de recherche pour leur permettre de maintenir une présence internet. La motion est approuvée à l’unanimité.
    Le rapport final de Hans-Joachim Backe sur le travail du Comité de recherche sur la littérature comparée à l’ère du numérique fait la synthèse de ses nombreuses réalisations au cours des neuf années de son existence (deux mandats de trois ans plus une extension de trois ans). Malgré des interruptions en 2014 et 2015 à cause de contraintes financières et de calendrier, les membres du comité ont organisé une table ronde sur la littérature numérique pour le Congrès de Vienne afin de définir des directions pour la recherche à venir. Le rapport de Hans-Joachim Backe est approuvé par un vote unanime.
    Suzanne Nalbantian présente le rapport, pour l’année qui s’est écoulée, du Comité de recherche sur Littérature et neuroscience dont les travaux, centrés sur les fonctions du cerveau telles qu’analysées à la fois par les scientifiques et par les chercheurs en lettres, se sont récemment déplacés vers la créativité après avoir exploré la mémoire et la conscience. La conférence du groupe à l’automne dernier a abouti à un contrat éditorial avec Oxford University Press. En fonction des débats de la conférence de Lisbonne sur « Fear in/ of Literature » (« La peur dans/ de la littérature »), Suzanne Nalbantian pourrait décider de choisir « l’émotion » comme sujet d’étude pour une conférence à venir. Après une approbation unanime du rapport, les travaux de l’assemblée prennent fin pour la journée.


    Troisième séance: le 30 juin à 9h30

    La seconde matinée de travail commence avec le rapport de Chandra Mohan sur les Relations littéraires et culturelles entre l’Inde, les pays voisins et le monde. Son message présente les activités du comité en matière de conférences et de publications d’ouvrage, et attire l’attention sur le soutien apporté par le Comité à l’introduction, dans les universités indiennes, de cours sur les langues des pays voisins. John Foster apporte un commentaire sur les activités du comité en assurant que des programmes de littérature comparée avaient été créés dans diverses universités indiennes récemment fondées. Le rapport de Mohan est approuvé par un vote unanime.
    En prévision des élections de l’année prochaine au Congrès de Vienne, Theo D’haen présente le rapport du Comité de nomination. Dans ses choix, le Comité a recherché à la fois la diversité géographique et l’équilibre en termes genrés, mais a été confronté au fait que de nombreux collègues n’étaient pas disponibles et ne pouvaient pas s’engager. Tous les membres du bureau et les assesseurs qui étaient rééligibles ont été contactés. Une longue discussion se développe, qui conduit à plusieurs changements dans la liste.
    Parce que Helena Carvalhão Buescu a déjà servi en tant qu’assesseur pendant deux mandats et a été trésorière pour l’Europe pendant un mandat, elle n’est pas éligible en tant qu’assesseur et sa candidature doit donc être retirée. Parce que Mads Rosendahl Thomsen a accepté de se porter candidat comme assesseur, il a du renoncer à sa participation au Comité de nomination, pour respecter le principe de l’Association qui n’autorise pas les membres à occuper deux positions en même temps dans l’organisation. Ipshita Chanda, d’Inde, et Gisèle Sapiro, de France, ont récemment accepté d’être candidats en tant qu’assesseurs et leurs noms devraient être ajoutés à la liste.
    Kathy Komar souligne, de façon urgente, que plusieurs candidats appartiennent à des organisations nationales affiliées qui n’ont pas payé leurs cotisations à l’Association. Le président Hans Bertens répond que de tels candidats ne peuvent occuper aucune fonction dans l’Association et doivent être encouragés à devenir membres à titre individuel si la situation de leur organisation nationale affiliée ne peut pas être clarifiée.
    Isabel Capeloa Gil note que parmi les 29 candidats présentés par le comité, seules 8 sont des femmes. En ce qui concerne Mads Rosentdahl Thomsen, elle demande s’il est habituel pour un membre du Comité de Nomination de se nominer lui-même. Theo D’Haen répond que Thomsen a été nominé par l’Association Danoise de Littérature Comparée. Anne Tomiche s’interroge sur le choix de Gisèle Sapiro, sociologue reconnue mais non comparatiste. Theo D’haen répond que c’est lui qui l’a contactée personnellement. Étant donné la nécessité de retirer Buescu de la liste, John Foster suggère qu’elle remplace Thomsen au Comité de Nomination. William Spurlin suggère, pour promouvoir la diversité, qu’un autre critère que le comité pourrait utiliser serait celui des approches novatrices en études littéraires comparatistes. Theo D’haen redit les difficultés qu’il a rencontrées quand il a sollicité les collègues pour trouver des candidats possibles.
    À propos des candidats qui ne sont pas membres de l’Association ou qui doivent faire face à des frais de voyage insurmontables, Lucia Boldrini se demande si l’Association ne pourrait pas offrir une aide financière dans ce type de situations, comme le font d’autres organisations et sociétés savantes. Kathleen Komar répond qu’une telle offre ne devrait être faite que par un appel direct aux membres de l’Association. Hans-Joachim Backe ajoute que certains membres ont même des difficultés à transférer de l’argent hors de leurs pays. Miceala Symington trouve l’idée très bonne mais note que les organisations affiliées paient les trésoriers de l’Association directement et que les trésoriers ne sont pas en mesure de solliciter directement des contributions des membres individuels.
    Theo D’haen conclut la discussion en indiquant qu’à partir de maintenant des membres individuels pourraient être à l’origine de nominations par la voie indiquée dans les Statuts, à savoir en accompagnant chaque nomination de sept messages de soutien émanant de membres en règle. À la question d’Anne Tomiche de savoir si le vote commencerait avant l’ouverture du Congrès, le Président Hans Bertens répond que les électeurs seraient tous les membres physiquement présents au Congrès (à moins que le vote électronique n’ait été mis en place d’ici là).
    Les membres de l’équipe dirigeante et les assesseurs commencent alors à voter sur les choix du Comité de selection: (1) la nomination de Zhang Longxi de Hong Kong est approuvée à l’unanimité moins une abstention. (2) La nomination des quatre candidats à la vice-présidence, tous des hommes, conduit à une discussion sur la nécessité de nominations de femmes. Theo D’haen souligne qu’étant donnée la situation d’Helena Buescu, elle pourrait être nominée pour l’un des postes de vice-président. Ute Heidmann propose Lucia Boldrini, et Márcio Seligmann-Silva propose Kathleen Komar, CHO Sung-won, Isabel Capeloa Gil, et Leonora Arfuch de l’association argentine. À ce moment de la discussion, Theo D’haen suggère qu’une femme candidate devrait être ajoutée à la liste déjà existante des quatre candidats. Le Président Hans Bertens conclut que l’assemblée devrait voter sur la liste actuelle et devrait autoriser Theo D’haen à contacter les nouvelles nominées pour savoir lesquelles seraient disposées à être candidates. (3) Les deux nominations des secrétaires, Anne Tomiche de France et João Cezar de Castro Rocha sont approuvées par un vote unanime. (4) Les trois candidats aux postes de trésoriers, Efraín Kristal des États-Unis et du Pérou, Hans-Jochim Backe d’Allemagne et du Danemark, et HIRAISHI Noriko du Japon (présente à la réunion et présentée comme une addition récente à la liste) sont tous approuvés par un vote unanime. L’approbation de la liste des candidats assesseurs commence avec un vote sur les huit candidats, éligibles pour un second mandat et prêts à rester en poste : Wiebke Dennecke des États-Unis ; Massimo Fusillo d’Italie; HASHIMOTO Yorimitsu du Japon; Achim Hölter d’Autriche et d’Allemagne; OSHIMA Hitoshi du Japon; E.V. Rama¬¬krishnan d’Inde; Márcio Seligmann-Silva du Brésil; et YANG Huilin de Chine. Cette partie de la liste est approuvée à l’unanimité. (6) Quand on en vient à la liste des nouveaux candidats aux postes d’assesseurs, KAMAGAITO Ken’ichi souligne que la présence de membres de l’Association à Singapour pourrait apporter une dimension géographique supplémentaire. Il suggère également qu’il pourrait y avoir des assesseurs plus qualifiés de Corée du Sud. Theo D’haen lui demande de lui envoyer plus de détails sur ces différents points. Le Président Hans Bertens rappelle à nouveau à l’assemblée qu’il lui faut voter sur la liste telle que présentée par le Comité de nomination. La liste est approuvée avec deux abstentions et en étant entendu que les ajouts à la liste des vice-présidents seront inclus.
    En l’absence de Marcel Cornis-Pope pour raisons médicales, Theo D’haen présente son rapport sur les activités annuelles du Comité de Coordination pour l’Histoire Comparative des Littératures en Langues Européennes. Parmi les activités mentionnées, il y a une réunion exécutive et un colloque, plusieurs volumes en cours de fabrication et pas moins de dix volumes dans des états de préparation avancés. Le comité demande une subvention de 3.000$ pour couvrir les frais de fabrication et l’assemblée approuve. Theo D’haen devra continuer à présider le comité par interim jusqu’à ce que l’élection du remplaçant ou de la remplaçante de Cornis-Pope ait pu être organisée, mais comme l’Association interdit aux membres d’assurer deux fonctions en même temps, D’haen fera de son mieux pour mettre en place rapidement l’élection. Le rapport du comité est approuvé à l’unanimité.
    L’assemblée écoute ensuite le rapport du Comité de Recherche sur le Raisonnement Scripturaire et les Études Comparées, présenté par YANG Huilin. Ce groupe mène des recherché depuis quatre ou cinq ans avec l’objectif d’intégrer les études religieuses aux études littéraires comparées. Les relations avec l’Association ont commencé au Congrès de Paris, et outre plusieurs journées d’études et colloques l’année dernière, le groupe a mené à terme plusieurs publications, y compris, en particulier, le nouveau livre de YANG Huilin, China, Christianity, and the Question of Culture, dont il présente quelques exemplaires à ses collègues à l’occasion de la réunion du conseil exécutif. YANG Huilin envisage pour l’avenir de nombreuses nouvelles possibilités de recherche, et il demande l’avis de l’assemblée quant à de jeunes collègues qui pourraient lui succéder à la tête du comité. L’assemblée approuve unanimement le rapport et félicite YANG Huilin pour son nouveau livre.
    Manfred Engel et Bernard Dieterle, les deux présidents du Comité de Recherche sur les Cultures du Rêve – l’Histoire Culturelle et Littéraire du Rêve, font leur rapport sur les activités de leur comité. Outre un programme de colloques et publications qu’ils ont mené à bien, ils ont reçu une subvention du Deutsche Forschungsgemeinschaft pour une Unité de Préparation à la Recherche. La bourse financera un groupe d’étudiants de niveau master et doctorat pendant quatre ans et demi, avec la possibilité d’une seconde période de financement de la même durée en 2019. Le rapport est accepté par un vote unanime.
    En l’absence de Kitty Millet, présidente du Comité de Recherches sur la Religion, la Littérature et l’Éthique, John Foster présente son rapport. Le Comité a obtenu un contrat d’édition pour publier son colloque de juin 2014, il a organisé plusieurs ateliers lors du Congrès de l’Association Indienne de Littérature Comparée en mars 2015, et il a mis au point un programme pour le Congrès de Vienne. L’assemblée approuve le rapport à l’unanimité.
    Le point suivant à l’ordre du jour concerne les lieux possibles pour le Conseil Exécutif et le Congrès de 2019. L’option de Halifax, qui serait organisée par une entreprise spécialisée, est soumise à discussion, et John Foster mentionne également une autre possibilité en Amérique du Nord, à Cuernavaca, au Mexique. Le Président Hans Bertens dit alors qu’il sait que la Chine propose sérieusement et concrètement d’accueillir le Congrès 2019, et YANG Huilin confirme que l’Université Normal de Pékin est très intéressée. Du fait des précédentes expériences de l’Association en Chine, John Foster veut s’assurer qu’il est clair que la période du début septembre pour le Congrès poserait des problèmes à de nombreux universitaires dans le monde. La seconde moitié de juillet aurait le plus de chances de convenir au plus grand nombre. Le Président demande à YANG Huilin de contacter ses collègues en Chine et de les inviter à venir au prochain Conseil Exécutif de l’Association juste avant le Congrès de Vienne pour présenter une proposition concrète. Ce programme est approuvé par un vote unanime.
    Dans la mesure où en 2017 l’Association Américaine de Littérature Comparée se réunira à Utrecht dans la seconde moitié de juin, cela pourrait être une bonne occasion pour l’Association de se réunir en relation étroite avec l’une de ses organisations nationales. La ville est facilement accessible depuis l’aéroport d’Amsterdam, avec ses nombreuses connections sur le monde entier, mais ce choix conduirait à un troisième Conseil européen, après Vienne et Lisbonne. Kathleen Komar mentionne qu’en 2018, l’Association Américaine de Littérature Comparée se réunira à Los Angeles en mars, ce qui permettrait une localisation nord-américaine. Le Président Hans Bertens dit qu’il explorera les possibilités d’une réunion du Conseil dans sa ville d’Utrecht en 2017.
    Le dernier point de l’ordre du jour pour la matinée concerne les Statuts de l’Association et la question plus large du développement à venir de l’organisation. Isabel Capeloa Gil prend la parole pour dire l’importance d’encourager plus d’implication de la part des masterants et doctorants, peut-être en créant un groupe ou un conseil ou un comité sur l’Enseignement doctoral. William Spurlin souligne le sentiment de distance qui prévaut parmi les étudiants avancés ; des structures spécifiques sont nécessaires si on veut les intégrer avec succès dans l’Association. Il suggère d’organiser un accueil distinct, spécifiquement destiné aux étudiants avancés au Congrès de Vienne. Anne Tomiche approuve et suggère de créer un comité administratif sur l’enseignement doctoral, idée reprise par Massimo Fusillo. Achim Hölter, tout en approuvant ces différentes idées, souligne la difficulté posée par le statut de l’Association en tant que « méta-organisation ». Les étudiants ont une attitude différente à l’égard de leurs associations nationales de littérature comparée. John Foster note l’éventuelle pertinence d’un point essentiel du rapport du Comité de Recherche, qui souligne qu’il faudrait engager de façon plus active l’investigation de nouvelles directions de recherche, ce qui pourrait conduire à une plus grande participation des étudiants avancés.
    La discussion porte ensuite sur l’importance de mettre en place un événement « jeunes chercheurs » au Congrès de Vienne. Isabelle Capeloa Gil est désignée pour mettre en place un comité constitué de 2 ou 3 jeunes chercheurs ainsi que de trois ou quatre chercheurs confirmés. Fusillo et Gil expriment également leur désir d’établir un comité de recherches sur l’intermédialité, avec un intérêt particulier pour les relations entre littérature et visualité.
    Faut-il envisager des congrès régionaux pour les étudiants avancés, congrès soutenus par l’Association, en particulier en Europe et en Asie du fait du rôle dominant de l’ACLA en Amérique du Nord ? Quel engagement financier initial une telle initiative impliquerait-elle ? De tels congrès devraient faire face à la concurrence des nombreuses universités d’été internationales qui s’adressent également au groupe des étudiants avancés. William Spurlin souligne l’importance de former les jeunes chercheurs au niveau des associations nationales.
    Un comité devrait-il être constitué pour construire une histoire de l’Association? Mention est faite de la documentation, constituée en 2004, sur le règlement intérieur de l’Association dans son ensemble et de ses comités de recherche. Gerald Gillespie a rassemblé une archive très importante à Stanford, et John Foster a en sa possession les compte rendus des quatre dernières années. L’Association devrait également mettre au point une brève Déclaration de Mission, qui figurerait sur le site.
    Achim Hölter annonce que le Congrès de Vienne proposera une exposition sur le thème du Congrès des “nombreuses langues de la littérature comparée”. Il y a de nombreuses discontinuités et contradictions dans le vocabulaire utilisé par les chercheurs de notre domaine à travers le monde. La réunion est alors levée pour le déjeuner.


    Quatrième séance: 30 juin, 13h30

    La dernière séance de la réunion commence avec le rapport du Comité sur la Traduction, qui avait été différé dans l’espoir que sa présidente Sandra Bermann, qui avait été retardée, pourrait arriver et assister à la séance. En réponse à son rapport concernant le développement de la taille du comité, les activités de colloques et les projets de publication, Micaela Symington loue l’intéressant et dynamique programme de recherche. John Foster rappelle à l’assemblée que la tâche confiée à Sandra Bermann était de redonner vie à un comité qui se concentre sur des questions centrales aux études littéraires comparatistes et qui s’était endormi, de sorte qu’elle a eu à partir de zéro. Le rapport est accepté à l’unanimité.
    La discussion revient alors sur certains points abordés lors de la séance du matin: le comité d’études avancées (Graduate Committee) qui sera présidé par Isabel Capeloa Gil ; des questions portant sur les statuts de l’Association et son règlement intérieur, y compris celle de la facilité d’accès à des données ; et la possibilité de construire une histoire de l’Association, en référence aux archives de Gerald Gillespie.
    La possibilité de formuler une brève Déclaration de Mission de l’Association suscite un intérêt particulier. John Foster rappelle à l’assemblée les discussions auxquelles ce point a donné lieu lors de précédentes réunions, et Suzanne Nalbantian souligne l’importance de mettre à jour la description des études littéraires comparatistes et de s’assurer que notre champ d’études se distingue des études culturelles. Tout en acquiesçant qu’il s’agit là d’un point important, le Président Hans Bertens souligne la difficulté qu’il y aura à parvenir à une description qui satisfasse tout le monde. John Foster note que les introductions à Recherche littéraire/ Literary Research rédigées par les éditeurs pourront être une source utile. Achim Hölter fait part de son expérience des différentes définitions du champ, telles qu’on les trouve sur Wikipédia dans 34 langues différentes. À titre de précédent pouvant être utile, William Spurlin rapporte son expérience dans la mise au point de la Déclaration de Mission pour le Comité de recherches sur les études de genre comparées.
    La discussion porte alors sur le site internet et sur le besoin de le repenser. Devons-nous continuer à dépendre de la relation à une université donnée, comme c’est le cas en ce moment avec l’Université Brigham Young ? Y a-t-il une solution professionnelle fiable ? En tout état de cause, il faudrait qu’il soit plus facile que cela ne l’est actuellement d’effectuer des modifications et des mises à jour sur le site internet. D’après Hans-Joachim Backe, quelles que puissent être les limites de l’actuel site internet, il fonctionne à un haut niveau technique. Le président Hans Bertens répond qu’il nous faut assurément réfléchir à la question de savoir si nous voulons conserver le site à Brigham Young University. Achim Hölter encourage l’Association à quitter tout sponsor universitaire et à privilégier un service professionnel. Le Président suggère de donner à Steven Sondrup et son équipe six mois supplémentaires pour résoudre les difficultés et, si celles-ci persistent, d’envisager d’autres options. Hans-Joachim Backe et Lucia Boldrini soulignent tous deux le besoin d’un responsable officiel spécifique dans l’équipe de direction, ou au moins d’un étudiant de niveau avancé qui aurait la responsabilité de faire fonctionner le site. Achim Hölter insiste à nouveau sur le besoin d’un haut niveau de fiabilité, tel qu’on peut l’attendre d’un service rémunéré. Le Président demande alors au Conseil Exécutif d’approuver la constitution d’un Comité pour le site internet composé de lui-même, Hans-Joachim Backe et Lucia Boldrini. Achim Hölter considère que l’initiative est bienvenue.
    La réunion s’achève sur la suggestion de Manfred Engel que la discussion qui avait eu lieu à l’occasion d’une précédente réunion du Conseil en vue d’établir une base de données recensant les intérêts en matière de recherche des membres de l’Association soit élargie pour inclure tous les intervenants aux Congrès de l’Association, sous réserve que le processus d’inscription soit organisé de manière adéquate. La base de données pourrait également être développée de façon à faciliter l’établissement de listes de membres régulièrement mises à jour et de listes de contacts.

    Traduit en français par Anne Tomiche à partir du texte établi par John Burt Foster.